Lettre à CJC: Commentaires de la juge Kristine Eidsvik à l’Université de Calgary

By admin Uncategorized No Comments on Lettre à CJC: Commentaires de la juge Kristine Eidsvik à l’Université de Calgary

Très honorable Richard Wagner et membres du Conseil canadien de la magistrature (CCM),

L'Association des étudiant.es noir.e.s en droit du Canada (AEND Canada) est un organisme à but non lucratif enregistré et dirigé par une communauté de leaders étudiants dévoués et travaillant fort, issu.e.s des facultés de droit du pays. Au cours des 27 dernières années, cette association dynamique s'est consacrée à élargir l'accès à la faculté de droit et à la profession juridique pour les étudiant.e.s noir.e.s et à éliminer les obstacles systémiques dans la profession juridique.

Nous écrivons cette lettre pour exprimer notre position à l'égard des récents commentaires formulés par la juge Eidsvik en tant que juge en résidence à la faculté de droit de l'Université de Calgary. En tant qu'étudiant.e.s en droit, nous sommes très attentifs aux problèmes de diversités ethniques qui existent au sein de la profession juridique dans ce pays. Nous ne sommes pas sans savoir que notre système de justice peut être teinté de préjugé racial. Les sentiments de ces préjugés de la part de la juge Eidsvik suscitent des préoccupations particulièrement graves, la plus importante étant qu’elle semble démontrer une incapacité à séparer ses opinions personnelles de son rôle judiciaire. Nous reconnaissons que nous sommes sur le point d'adhérer à une profession qui lutte contre les préjugés et la discrimination, mais rien ne nous permet de croire que ceux qui occupent des postes d'autorité judiciaire ont des opinions similaires à celles de la juge Eidsvik.

Les commentaires de la juge Eidsvik soulèvent de sérieuses questions quant à la confiance que les personnes racialisées peuvent raisonnablement avoir en elle ainsi qu’au système qui la soutient, lorsque ces dernières comparaissent dans sa salle d'audience à la suite de ses déclarations. Les principes de conduite judiciaire du CCM stipulent que « les juges devraient, en tout temps, exposer et promouvoir des normes de conduite élevées afin de renforcer la confiance du public. Les juges devraient s'efforcer de se comporter de manière à soutenir et à contribuer au respect et à la confiance du public dans leur intégrité, impartialité et bon jugement ». À la lumière des commentaires de la juge Eidsvik, nous sommes incapables de déclarer que nous avons une telle confiance en elle, particulièrement en ce qui a trait à l’impartialité et le bon jugement. De plus, nous ne croyons pas qu'elle a fait preuve de normes de conduite élevées ni qu'elle s'est comportée de façon à maintenir le respect du public pour le système judiciaire.

Une formation intensive sur les préjugés, le racisme et la discrimination est urgente, non seulement pour la situation actuelle, mais pour tous les juges de cette nation. Il est primordial que nos juristes puissent séparer leurs opinions personnelles de leur rôle et de leurs fonctions. Une formation adéquate sur ces sujets a le potentiel non seulement d'équiper les juges afin qu'ils et elles agissent de manière neutre et objective dans l'exercice de leurs fonctions, mais aussi de minimiser les préjugés qu'ils et elles véhiculent, que ces derniers soient nés d'un manque d'interaction significative avec des populations ethniques diversifiées ou d’idées personnelles ou transmises par héritage générationnel.

Nous sommes d'avis que la juge Eidsvik ne devrait pas être autorisée à entendre d'autres causes avant d'avoir suivi une formation importante sur la diversité et qu'elle ait démontré sa capacité à séparer ses opinions personnelles de sa responsabilité devant les tribunaux et face à la société canadienne. Nous comprenons que la juge Eidsvik a démissionné de son poste à l'Université de Calgary. Toutefois, en tant qu'étudiant.e.s noir.e.s en droit, nous estimons qu'il est nécessaire de prêter notre voix à cette question, car elle reflète les préjugés qui, malheureusement, demeurent une réalité importante dans nos expériences d’étudiant.e.s en droit.

Veuillez recevoir l’expression de nos sentiments les meilleurs,

 

Le comité exécutif de l’Association des étudiant.e.s Noir.e.s en droit 2017-2018

 

  • Share: