Written Submissions to LSUC's Articling Task Force | Mémoires de BLSAC au Barreau de cléricature Task Force


English

By Renatta Austin
March 15, 2012

The Black Law Students’ Association of Canada (BLSAC) is a national organization that represents Black law students across Canada. Our purpose is to articulate and promote the educational, professional, political, and social needs and goals of Black law students; to support and advocate on behalf of the Black community in Canada and abroad; and to help our members achieve their career goals. We reflect the diversity of the Black experience in Canada and see our national organization as providing the means for us to make a meaningful contribution to the furtherance of justice.

In its December 9, 2011 Consultation Report (the “Report”), the Articling Task Force proposed five options for articling reform in Ontario. BLSAC is strongly opposed to maintaining the status quo, as it has created unfair barriers to the profession for Black law students. We recommend the Carnegie Model discussed in Option 4, as we believe that it best addresses our concerns, while also promoting access to justice in our community.

With our organizational purpose in mind, we comment on each option below.

Option 1: The Status Quo

Under the current licensing regime, law students are required to complete a 10-month articling term with a legal employer, which is secured through the market, in order to practice law in Ontario. The Law Society of Upper Canada (LSUC) neither requires that legal employers use objective criteria when hiring articling students, nor does it monitor and assess the quality of the articling student’s experience during or upon completion of the articling term to ensure that it is serving its purpose.

Option 1 creates an unfair barrier for qualified Black law students. As noted in the Report, racialized students have been disproportionately affected by the shortage of articling positions in Ontario.[1] The common practice among law firms of hiring articling students based on the obscure notion of “fit”, rather than objective and substantive criteria, puts Black law students at a disadvantage. Given the underrepresentation of Blacks in the legal profession, Black law students are less likely to share personal interests and experiences with their interviewers than their non-Black peers. Further, the underrepresentation of Blacks in the legal profession may result in Black law students having fewer opportunities to learn about and secure articling positions through formal and informal networks than their non-Black peers.

The lack of quality assurance in Option 1 also puts Black law students at a disadvantage. In its 1999 Report titled Racial Equality in the Canadian Legal Profession, the Canadian Bar Association’s Working Group on Racial Equality in the Legal Profession found that “[s]tudents from racialized communities who spend their articles doing library research and who never meet clients or have the opportunity to go to court with firm partners are not benefitting from the same articling experience as white colleagues who are introduced to clients, assist partners on important cases and are given the chance to work on a variety of files.”[2]

We asked current and former BLSAC members to comment on their experience with articling in preparation of this submission. Some of our alumni members reported that they were forced to accept unpaid articling positions due to the articling shortage, despite high debt loads and a lack of other financial resources. Others reported high levels of workplace conflict and believed that they were denied some meaningful training opportunities granted to their non-Black peers during their articles. A few students said that they completed a significant amount of non-legal work during their articles and/or did not feel that their articling term prepared them for entry into the profession. This revelation is particularly concerning to BLSAC, because Benchers have noted that Black and minority lawyers are disproportionately represented in disciplinary hearings.[3]

For these reasons, BLSAC is strongly opposed to Option 1.

 

Option 2: The Status Quo with Quality Assurance

While Option 2 addresses the issue of competence, it does not address the articling shortage or the unfair barrier that the market creates for Black law students. Further, this option may exacerbate the articling shortage, to the detriment of Black law students. For these reasons, BLSAC does not recommend Option 2.

Nevertheless, we acknowledge that quality assurance is an important issue. As discussed above, there is evidence that Black lawyers are not receiving the same level of training as their non-Black peers, which is contributing to their disproportionate representation in disciplinary hearings. Should the Task Force decide against comprehensive reform, we implore LSUC to work with articling Principals and Black legal organizations to ensure that Black articling students are meeting the standards of learning, professional competence and professional conduct required for legal practice.

Option 3: The Replacement of a Pre-Licensing Transition Requirement with a Post-Licensing Transition Requirement

 

Option 3 proposes to create a two-tiered system, by requiring transitional training for newly-licensed lawyers in “higher risk practice structures”. A system of differentiated regulatory treatment is inherently stigmatizing and will disproportionately affect Black lawyers, who may be less likely to work in large law firms. For this reason, BLSAC does not recommend Option 3.

Option 4: A Choice of Either an Articling Requirement or a Practical Legal Training Course (PLTC) Requirement (“after law school” model or “during law school” model)

A PLTC would provide qualified students that are unable to secure articling positions with an alternative route to practice. Regardless of whether the course is taken during or after law school, students would have to pay tuition to a third party provider.

Since the deregulation of tuition in 1997, tuition fees at Ontario law schools have increased exponentially. Black law students are more likely to anticipate graduating with debt compared to their non-minority peers[4], and there is strong evidence that racialized lawyers have lower earnings than their non-minority peers.[5] A PLTC would create an unfair barrier, because Black law students would be forced to incur more debt than their non-Black peers, because of the problematic nature of the articling hiring process. Further, a PLTC may undermine access to justice, as heavily indebted law graduates cannot afford lower-paying public interest careers.

Option 4 is also problematic because it has the potential to create the same type of two-tiered system as Option 3.

Nevertheless, we feel that on balance, Option 4 is the best option.  In particular, we endorse the Carnegie model, which emphasizes experiential learning during the third year of law school. According to the Report, this option does not preclude articling and it would reduce the length of the licensing process, as well as the financial burden of the PLTC.[6]

We also support the Carnegie model because of its potential to increase access to justice. Black law students are already engaged in a number of initiatives that provide valuable legal services to underrepresented communities, including the Black community. LSUC should recognize and expand these existing pro bono and clinical education programs as part of the licensing requirement.

Option 5: A Practical Legal Training Course

Option 5 would abolish the articling requirement for all candidates and replace it with a mandatory PLTC. While this option addresses our concern about creating a two-tiered system, we feel that it is inferior to Option 4 because of the financial concern. In addition, we believe that law students benefit from hands-on work and that LSUC should encourage the type of real world experience that pro bono and clinical programs provide, wherever possible.

[1] Law Society of Upper Canada, Articling Task Force: Consultation Report (Toronto: The Law Society of Upper Canada, 2011) at 6.

[2] The Canadian Bar Association Working Group on Racial Equality in the Legal Profession, “Racial Equality in the Canadian Legal Profession” (Presented to the Council of the Canadian Bar Association, 1999),  (Ottawa: The Canadian Bar Association, 1999) at 12.

[3] Law Society of Upper Canada v. Selwyn Milan McSween, 2012 ONLSAP 0003 at para. 77.

[4] Alan J.C. King et al., “Study of Accessibility to Ontario Law Schools”. (Social Program Evaluation Group, Queen’s University, Kingston: 2004) at 5.

[5] Michael Ornstein, “Racialization and Gender of Lawyers in Ontario” (Law Society of Upper Canada: Toronto, 2010) at ii.

[6] Supra note 1 at 29.

Français

Par Renatta Austin

15 Mars 2012

L’association des Étudiants Noirs en Droits du Canada est un organisme national qui représente les étudiants noirs en droit partout au Canada. Notre but est d’articuler et promouvoir les besoins éducatifs, professionnels, politiques et sociaux de la communauté canadienne noire afin que ses membres puissent atteindre leurs objectifs de carrière. Nous reflétons la diversité de l’expérience Noir au Canada. Ainsi, notre organisation nationale représente le moyen d’apporter une contribution significative à l’avancement de la justice canadienne.

Le 9 décembre 2011, le rapport de Consultation du  groupe de travail en stage propose cinq options de réforme en matière de stages en Ontario. Notre association est fermement opposée au maintien du statu quo, car il créé des obstacles injustes à la profession pour les étudiants noirs en Droit.  Nous recommandons le modèle Carnegie discuté à l’option 4, car nous pensons que ce modèle est celui qui traite des préoccupations de nos membres, tout en favorisant l’accès à la justice dans notre communauté.

Avec notre but organisationnel à l’esprit, nous commentons  chaque option ci-dessous.

Option 1: Statut Quo

Sous le régime actuel de délivrance des licences en droit en Ontario, s’attribue par l’obligation des étudiants à remplir un mandat de stage de 10 mois avec un employeur légal, fixé par le marché. Le Barreau n’exige pas que l’employeur utilise des critères objectifs lors de l’embauche de l’étudiant. On ne requiert pas même une surveillance de l’évaluation ou de la qualité de l’expérience du stage de l’étudiant.

L’option 1 crée un obstacle indu aux étudiants noirs qualifiés. Comme il est indiqué dans le rapport, les élèves provenant de minorité visibles; ont été touchés de manière disproportionnée par une pénurie de stage en Ontario.[1] La pratique courante de l’embauche parmi les cabinets d’avocats est souvent basée sur la notion obscure de                 « l’adaptation », plutôt que sur des critères objectifs de fond. Par conséquent, les étudiants noirs en droit se retrouvent dans une situation désavantageuse. Compte tenu de la sous-représentation des noirs dans la profession juridique, les étudiants noirs en droit sont moins susceptibles de partager des intérêts personnels et expériences avec leurs employeurs non-noirs. En outre, la sous-représentation des noirs dans la profession juridique peut entraîner le fait que des étudiants provenant des minorité visibles aient moins d’opportunités d’apprendre et d’obtenir des postes en stage  en raison d’une carence au niveau des  réseaux formels et informels comparé à leurs collègues non noirs.

En effet, l’option 1 crée une situation injuste pour les étudiants noirs en droit. Dans son rapport de 1999 intitulé “L’égalité raciale dans la Profession juridique canadienne”, l’Association du Barreau canadien a constaté que les stagiaires provenant de communautés ethniques passent plus de temps à la bibliothèque, à faire de la recherche, par ricochet ces derniers ont moins l’opportunité de rencontrer des clients ou encore ont moins la possibilité de se rendre au Tribunal pour assister les associés du cabinet. Dans cette optique, ils ne bénéficient pas réellement de la même expérience de stage que leurs collègues blancs qui eux, toujours selon la même étude, sont plus souvent présentés aux clients ou travaillent plus souvent sur des dossiers importants.

Nous avons mené notre propre enquête en demandant à d’actuels et d’anciens membres de notre association de commenter leurs expériences de stage.  En effet, certains de nos membres actifs ainsi que les anciens ont signalé qu’ils étaient parfois forcés d’accepter des postes de stage non-rémunérés en raison de la pénurie en stage. Et ce, en dépit de l’endettement élevé et de la carence de ressources financières. Certains, ont même affirmé qu’il y avait parfois un niveau élevé de conflit en milieu de travail en raison du fait qu’on leur aurait refusé des possibilités de formation au profit de leurs collègues non-noirs.

Quelques étudiants relèvent même que pendant leur expérience de stage, ils effectuent une trop grande quantité de travail non juridique ou administrative, ce qui ne constitue pas une réelle préparation pour l’entrée dans la pratique.

Cette situation s’avère particulièrement inquiétante aux yeux de notre organisme, car, les conseillers ont également remarqué que les avocats  provenant de minorités visibles sont représentés de manière disproportionné aux audiences disciplinaires.

Pour ces raisons, la BLSAC est fermement opposée à l’option 1.

Option 2: Statut Quo avec l’Assurance de la qualité et de la compétence

L’option 2 aborde la question des compétences, mais n’aborde pas la question des pénuries de stage ou encore s’abstient de parler de l’obstacle indu créé par le marché pour les étudiants provenant de minorités visibles. En outre, cette option pourrait exacerber la pénurie en stage, au détriment des étudiants provenant de minorités visibles. Pour ces raisons, BLSAC ne recommande pas d’option 2.

Néanmoins, nous reconnaissons que l’assurance de la qualité et la compétence est une question importante. Comme indiqué plus haut, on constate que les avocats noirs ne reçoivent pas le même niveau de formation que leurs pairs non-noirs. Ce qui par conséquent, a contribué à leur surreprésentation aux audiences disciplinaires.

Le groupe de travail du Barreau devrait décider d’une réforme globale. Nous implorons en effet, le Barreau à travailler avec les entités et organisations juridiques noires dans le but de s’assurer que les stagiaires provenant de minorités visibles  respecte les normes de l’apprentissage, des compétences professionnelles et déontologiques nécessaires à la  pratique juridique.

Option 3: Le remplacement d’une exigence de “transition préalable” à une exigence de “transition post-homologue”

L’option 3 propose de créer un système à deux niveaux, en exigeant une formation transitoire pour les avocats nouvellement autorisés dans les « structures de pratique à risque plus élevé ». Un système de traitement réglementaire différencié est intrinsèquement stigmatisé et aura une incidence disproportionnée sur les avocats noirs qui risquent d’être moins susceptibles de travailler au sein des grands cabinets d’avocats. Pour cette raison, BLSAC ne recommande pas l’option 3.

Option 4: Un choix de soit une exigence de stage ou une exigence de formation juridique  (modèle “après l’école de droit” ou “pendant la “Faculté de droit de modèle) CT m-RLISS

CT m-RLISS : Ce modèle fournirait aux étudiants qualifiés qui sont dans l’impossibilité d’obtenir des postes en stage une voie d’alternative à la pratique. Peu importe si le cours est pris pendant ou après la licence en Droit, les étudiants auraient à payer les frais de scolarité à un tiers fournisseur.

Depuis la déréglementation des frais de scolarité en 1997, les frais de scolarité dans les facultés de droit de l’Ontario ont augmenté de manière exponentielle. Les étudiants provenant de minorités visibles sont plus susceptibles d’anticiper leurs études avec une dette comparativement à leurs pairs non membres de minorités visibles. (4)  Il existe de fortes preuves qui relèvent que les avocats noirs ont une rémunération moindre que leurs pairs non membres des minorités.[5] Un CT m-RLISS créerait un obstacle indu, parce que les étudiants noirs seraient contraints de s’endetter davantage que leurs pairs non noir, en raison de la nature problématique du  processus d’embauche des stagiaires. Un CT m-RLISS minerait davantage l’accès à la justice, car les diplômés en Droit très endettés ne pourraient se permettre des carrières d’intérêt public moins rémunératrices.

L’option 4 est également problématique car il est susceptible de créer le même type de système à deux vitesses que  l’option 3.

Néanmoins, nous estimons que, dans l’ensemble, l’option 4 est la meilleure. Nous appuyons le modèle Carnegie, qui met en valeur l’expérience d’apprentissage des cours de la troisième année de la licence en Droit. Selon le rapport, cette option permettrait de réduire la longueur du processus, ainsi que le fardeau financier de la CT m-RLISS. [6]

Nous appuyons également le modèle Carnegie en raison de son potentiel d’accroître l’accès à la justice. Les étudiants noirs en Droit sont déjà engagés dans un certain nombre d’initiatives qui fournissent des services juridiques utiles aux communautés sous-représentées.. Le Barreau devrait reconnaître les programmes d’éducation Pro-bono ainsi que les stages en milieux Cliniques dans le cadre des exigences de permis.

Option 5: Une pratique juridique formation

L’option 5 pourrait abolir l’exigence de stage pour tous les candidats en le remplaçant par un CT m-RLISS obligatoire. Bien que cette option contredit notre opinion au sujet de la création d’un système à deux niveaux, nous estimons qu’elle  est moins dommageable que l’option 4, pour des raisons financières. En outre, nous pensons que le Barreau devrait reconnaître les types d’expériences pratique tels les programmes de stage Pro Bono Canada ou encore les stages en milieux Cliniques, dans la mesure du possible.

[1] Barreau du Haut-Canada, groupe de travail des stagiaires en droit : rapport de Consultation (Toronto : Barreau du Haut-Canada, 2011) à 6.

[2] La Canadian Bar Association groupe de travail sur l’égalité raciale dans la Profession juridique, « L’égalité raciale dans la Profession juridique canadienne » (présenté au Conseil du Barreau canadien Association, 1999), (Ottawa : Canadian Bar Association, 1999) à 12.

[3] Law Society of Upper Canada c. Selwyn Milan McSween, 2012 ONLSAP 0003 au para. 77.

[4] Alan J.C. King et coll., « Étude de l’accès aux facultés de droit de l’Ontario ». (Social Program Evaluation Group, Université Queen, Kingston : 2004) 5.

[5] Michael Ornstein, « Racialisation et sexe des avocats en Ontario » (Law Society of Upper Canada : Toronto, 2010) à ii.

[6] Supra, note 1 à 29.{:}